Je ne me plais pas au Portugal

Vous avez dû le sentir si vous lisez mes bilans mensuels, je n’aime pas vivre au Portugal. Cela ne me convient pas.
.
Mon expatriation au Portugal
 
Après trois expatriations dans des pays anglosaxons (USA, Canada et Australie) j’ai eu envie de me rapprocher de la France. Je souhaitais aussi vivre dans une région où il fait beau. Le Portugal me semblait être une bonne option. C’est un pays que je connais déjà bien, où j’adore aller en vacances et il n’y a pas besoin de visa pour y travailler. 
 
Je sais depuis mon erasmus en Pologne que visiter un pays et y vivre n’a rien à voir. Mon but était de rester au Portugal au moins jusqu’à l’été 2019. Si ça n’allait pas, je comptais passer un peu de temps en famille et puis je me serais installée autre-part. Où ? Aucune idée.
 
Un petit retour en arrière s’impose. En janvier 2019, je m’installe au Portugal après un an passé en Australie. Même si j’ai galéré pour trouver des emplois en Australie, c’est un pays que j’ai vraiment adoré. Je m’y sentais bien et je n’avais pas envie de partir.
 
 
Je m’installe chez ma grand-mère à Portimão (au Portugal). Mais, après mon expérience en Australie, tout me semble moins bien ici. J’ai très rapidement eu la sensation que je ne m’y plairais pas vraiment. 
Plusieurs personnes m’ont dit que c’était juste temporaire et que mon ressenti allait changer. Je savais que ça ne passerait pas. Il m’est arrivé la même chose lors de mon installation à Toronto. Tout me semblait moins bien qu’à Chicago (USA).
 
Pourquoi suis-je restée ? J’ai trouvé un job qui me plaisait, la météo est idéale et, puis, je commence à être sérieusement à court d’options pour m’expatrier dans des pays anglophones.

Je me suis donnée un an. Je ne sais pas trop pourquoi. Peut-être parce que s’installer quelque-part demande beaucoup d’efforts, provoque beaucoup de changements et que je ne suis pas capable de changer de pays, de travail et de connaissances si rapidement.

Ne vous méprenez pas, je me plais quand même un minimum au Portugal. Aucune expatriation n’est parfaite de toute façon. Et, puis, l’eldorado n’existe pas.
 
.
Vivre au Portugal
La vie en Algarve est agréable, ce n’est juste pas ce que je recherche. Qu’est-ce qui ne me convient pas ? 
 
Le tourisme de masse. Je n’avais jamais vécu dans une ville très touristique et, là, c’est carrément du tourisme de masse. C’est étouffant.
Portimão est une ville trop petite. Il n’y a pas de concerts, pas de musées (enfin si, un), pas de jeunes avec qui traîner (ils partent faire des études et travailler ailleurs). Les seuls expatriés sont des retraités. J’en envie de reparler anglais au quotidien.
L’anglais me manque. Parler anglais et être entourée de gens qui communiquent dans cette langue est un vrai plaisir pour moi. 
– Je ne trouve pas les portugais très agréables. Le service client est quasiment inexistant. Les gens conduisent trop vite et très mal. 
Les salaires sont bas, le salaire minimum est à 600 euros et on bosse 40 heures par semaine. Il y a eu une énorme hausse du prix des logements dans de nombreux endroits au Portugal (merci airbnb). Le prix de nombreux produits n’est pas proportionnel au salaire minimum (nourriture, produits de toilettes, voitures …). 
Voyager est compliqué. Le seul grand aéroport est celui de Lisbonne. L’aéroport de Faro, le plus proche de chez moi, propose peu de destinations. Il faut presque systématiquement faire 2h30 de route pour prendre l’avion à Lisbonne. Et, même en partant de Lisbonne il faut faire au moins une escale pour aller dans une grande majorité de pays. 
 
Evidemment, il n’y a pas que l’Algarve au Portugal et je pourrais changer de ville. Mais, je veux retourner vivre dans un pays anglophone. 
 
.
Conclusion
J’ai remarqué que soit je m’installe dans une ville que j’adore soit je trouve un boulot qui me plait. Mais, je n’ai jamais réussi à avoir les deux en même temps. J’ai vécu dans deux pays où je me suis sentie bien mais je ne pouvais pas y rester à cause du visa.

Je ne sais pas encore où je serai l’année prochaine. Pour l’instant, j’ai deux idées. Je commence à vraiment ressentir le besoin de me poser quelque-part pour plusieurs années. Ça devient difficile de repartir à zéro à chaque fois et de faire tenir ma vie dans deux valises. To be continued.

🇵🇹

Laisser un commentaire