Guatemala 2/4 : Flores et Río Dulce

C’est notre première journée au Guatemala. Après avoir été au parc national de Tikal, nous reprenons le bus.
Flores
Flores est situé à une grosse heure de route de Tikal. C’est une petite ville colorée entourée d’eau. L’hostel est de nouveau très bien situé. Malheureusement, on est encore dans des chambres de six. Tout le groupe (sauf moi) choisit de faire un tour de bateau. Je préfère visiter Flores. On repart dès le lendemain matin pour le Rio Dulce donc c’est notre seule opportunité de découvrir la ville. L’introvertie que je suis a aussi besoin d’être un peu seule.
Il y a une balade très sympa à faire le long de l’eau. Puis, je me promène dans les petites rues du centre-ville. Vers 18h, je me pose pour regarder le coucher du soleil. Je rentre à l’hostel à 20h.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
Río Dulce
Le lundi 23 mai, on quitte Flores aux alentours de 8h30 pour aller à l’hôtel Hacienda Tijax situé sur fleuve Río Dulce. Les routes sont dépaysantes. Dans notre van atypique, je me crois dans Pékin Express. Après le bus, on monte tous dans un petit bateau taxi pour aller jusqu’à l’hôtel. C’est excellent. Salvador nous donne comme toujours des indications et nous dit qu’il y a des crocodiles.
Une fois sortie du bateau, je suis surprise de découvrir qu’on va dormir dans des cabanons au milieu de la jungle. C’est atypique. On a enfin une chambre de deux. Les toilettes/douches sont partagées. Je passe le reste de la journée à me promener dans les allées de l’hôtel. Il y a de superbes arbres et fleurs. Je prends pas mal de photos. J’essaye aussi d’apercevoir un crocodile mais je n’en trouve pas.
Pour le dîner, Salvador nous propose de prendre un bateau taxi pour aller dans un restaurant italien situé lui aussi au bord de l’eau. Le restaurant est sympa. Ca me fait plaisir de manger quelque chose que j’adore (et ça change du poulet). Ils ont au menu une Flamenkuche (qu’ils appellent autrement) ! Les recommandations de Salvador nous facilitent vraiment la vie !
.
.
Le lendemain, le 24 mai, je me réveille après avoir bien dormi (malgré l’orage qu’il y a eu pendant la nuit). Être en groupe est parfois pesant pour moi donc j’apprécie tout spécialement cette chambre de deux. Il pleut des trombes toute la matinée. La saison des pluies, qui débute en mai, nous a rattrapés. Je souhaitais faire un tour en bateau jusqu’au village de Livingston mais ça a été annulé car il n’y a pas assez d’inscrits. J’en profite pour faire la sieste car j’ai du sommeil en retard.
A 14h, quasiment tout le monde décide d’aller à une cascade naturelle d’eau chaude à 1h de route. Le trajet passe vite car Salvador met de la musique et les anglais se mettent tous à chanter. J’en conclus qu’ils ont tous grandi avec les chansons de Taylor Swift car ils connaissent toutes les paroles. On traverse de beaux paysages. On se gare sur un parking où il y a plusieurs personnes. Je remarque qu’ils parlent une langue locale, ils ne parlent pas espagnol. Un monsieur qui est « en charge » de la cascade nous y accompagne.
La cascade est au milieu de la jungle. Le lieu n’a pas été touché par l’homme. L’eau est hyper chaude. Quand je me mets sous la cascade, c’est même trop chaud pour moi. Salvador fait flotter de la nourriture et des boissons. L’ambiance est excellente. On est quasiment les seuls à la cascade. C’est petit et pas impressionnant mais se baigner dans de l’eau chaude au milieu de la jungle est une expérience en soi ! Un très bon moment. Je précise que l’endroit a été laissé propre.
.
.
Au retour, les anglais mettent de nouveau l’ambiance (pour rappel, ils sont quasi tous anglais dans le groupe). Alors qu’on est sur une sorte de route de campagne, on se retrouve coincé dans un bouchon. D’après Sal, la route vient d’être refaite et un camion est passé et est resté coincé dans la route qui n’était pas totalement sèche. On reste un moment bloqué.
Pour l’anecdote, plusieurs personnes du groupe décident de sortir du bus car ils ont besoin d’aller aux toilettes. F. revient les jambes écorchées car il fait noir et qu’elle s’est blessée. Plus tard, Sal demande à tout le monde de revenir car on peut repartir. Et voilà que Rick décide d’escalader la fenêtre pour rerentrer dans le bus la tête la première. Sauf que la circulation a reprise et voilà que Sal accoure pour aider Rick car un camion arrive et que ses jambes sont toujours dehors. Tout est bien qui finit bien.
Le soir, on dîne tous ensemble au restaurant de l’hôtel.

🌎

« There’s no better place to find yourself that sitting by a waterfall and listening to it’s music. » – Roland R Kemler
.




Laisser un commentaire