PVT Canada

PVTCanada_page

____Qu’est-ce que le PVT ?

Le Permis Vacances Travail ou Working Holiday Visa offre l’opportunité de voyager un an ou deux dans un pays tout en étant autorisé à y travailler. Sa particularité est qu’il n’y a pas de condition de diplôme ou un niveau de langue minimum requis.

Les Français peuvent actuellement partir en PVT dans treize destinations différentes : l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Canada, le Japon, la Corée du Sud, Taiwan, Hong-Kong, la Russie, l’Argentine, la Colombie, le Chili, l’Uruguay et le Mexique. Un autre accord devraient être bientôt mis en place avec le Brésil.

Certains pays ont des quotas. Par exemple, en 2016, il y avait 7 900 places pour le PVT Canada. L’Australie qui est peut-être la plus emblématique des destinations du programme n’a pas de quotas. Environ 25 000 Français y partent chaque année munis d’un PVT.

____Le PVT Canada

2003 – Mise en place du PVT Canada.
2014 – Passage d’un dossier papier au dossier électronique.
2016 – Fin de la règle « premier arrivé, premier servi ».

Il permet de s’installer dans n’importe quelle ville parmi les dix provinces et trois territoires que compte le Canada. Les deux conditions principales sont l’âge – avoir entre 18 et 35 ans – et avoir des ressources financières suffisantes (un peu plus de 2 000 euros).

Créé en 2003, les démarches se sont faites pendant longtemps par dossier papier. Tout se remplit dorénavant en ligne. Pendant toutes ces années le principe n’a pas changé c’était « premier arrivé, premier servi » … jusqu’à cette année.

Pour la première fois en 2016 le PVT Canada est une loterie. De la pure chance. Les inscriptions ont débuté le 1er décembre 2015 et le premier tirage au sort a eu lieu le 18 janvier 2016. Entre janvier et juillet il y a eu 13 tirages au sort. 20 000 personnes se sont inscrites pour 7 900 places (6400 de quotas + 1 500 places supplémentaires).

____Pourquoi ai-je choisi le Canada ?

Je ne suis jamais allée au Canada. A 18 ans, j’ai été au pair 11 mois à Chicago (États-Unis). Tombée amoureuse de cette ville et du pays, je cherchais un moyen d’y retourner pour plusieurs mois. Malheureusement, c’est extrêmement difficile d’avoir un visa travail. Y faire des études ou un stage est très coûteux. Je me suis alors tournée vers son voisin – le Canada.

Source : pvtistes.net